Linkedin Partager

Douleurs au talon : aponévrosite plantaire et épine calcanéenne

L’aponévrosite plantaire

 

Signes cliniques :

L’aponévrosite plantaire est une des causes les plus fréquentes de talalgie (douleur au talon). Elle se manifeste par une douleur aigue, située au niveau de la partie postéro médiale de la voute plantaire. Cette douleur est  majorée lors des premiers pas, au réveil ou après une longue période de repos sans appuis au sol. Son intensité diminue après plusieurs pas, mais peut réapparaitre suite à une position statique prolongée debout. P.Tu et al (2011)

 

 

aponévrosite plantaire

Figure 1 : localisation des différentes talalgies. P.TU et al (2011)

L’aponévrosite plantaire a souvent été considérée comme un processus inflammatoire de l’aponévrose plantaire, cependant, de récentes études ont démontré qu’il s’agirait d’un processus dégénératif non inflammatoire.

Traitements :

C. Covey (2013)

Traitement non invasifs :

  • Etirement et travail sur les « trigger points »
  • Prise d’AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens)
  • Port de semelles
  • Ondes de chocs : ce traitement semble plus efficace que l’injection de corticoïdes.

Traitements invasifs :

  • Infiltrations de corticoïdes
  • Traitement par du plasma riche en plaquette (PRP)
  • Chirurgie en dernier recours

Epine calcanéenne

 

Incidence 

Il semblerait qu’environ 50% des patients présentant une aponévrosite plantaire, souffrirait d’une épine calcanéenneP.Tu et al (2011)

Signes cliniques : 

On retrouve  un point douloureux précis, apparaissant à la course, au saut, puis à la marche. A la palpation, un point douloureux exquis se trouve au niveau des tubérosités postérieures du calcanéum, à l’appui profond.»

Diagnostic :

Le diagnostic est uniquement radiologique.

Traitement :

 

Le traitement est habituellement podologique, avec le port de semelles permettant une diminution des pressions sur le talon.

epine calca

Figure 2 : Exemple d’épine calcanéenne : radiographie du pied, de profil.

Et l’ostéopathie dans tout ça?

 

Le traitement, en ostéopathie, de ces pathologies sera essentiellement symptomatique, grâce aux effets antalgiques, anti inflammatoires et myorelaxants des manipulations.

 

Covey, C. J., & Mulder, M. D. (2013). Plantar fasciitis: How best to treat? The Journal of Family Practice, 62(9), 466–471.

Tu, P., & Bytomski, J. R. (2011). Diagnosis of heel pain. American Family Physician, 84(8), 909–916.

 

Rétrolien depuis votre site.

Cabinet
252 avenue de la République
40600 Biscarosse

Prendre rendez-vous
05.58.09.97.53

Site internet crée par WSI Netsulting (agence de Marne-la-Vallée)